Bon coup de Béchard?

Bon. À première vue, le projet de loi du ministre Béchard concernant les prix de l’essence est une bonne chose. Parce que l’industrie pétrolière est un secteur qui touche tout le monde. Parce qu’elles ne sont pas légion. Parce qu’elles font des profits mirobolants. Parce qu’elles changent leurs prix au gré du vent.

Cependant, nous vivons dans un pays de libéralisme économique. Ce qui implique que ce qui doit régir les prix, c’est l’offre et la demande. Par conséquent, c’est aussi aux gens à réduire leur consommation d’essence. En ralentissant un peu, d’abord, et en utilisant les moyens de transport en commun. C’est simple, me semble… Quand je vois des gens qui chialent que l’essence coûte trop cher, même si je suis d’accord avec eux, je n’ai aucune pitié quand je constate qu’ils ont une voiture sport ou un VUS. Je ne dis pas qu’il faut tous sauter sur la smart ou sur les autres bestioles à faible consommation, mais il faut être conséquents, des fois…

Publicités

9 Responses to Bon coup de Béchard?

  1. David Chrétien dit :

    Selon moi l’idée de Béchard est justifiée.

    Les pétrolières font ce qu’elles veut avec les prix. Il est grand temp des mettre au pas.

    Je ne suis pas gauchiste, mais je n’opte pas pour le capitalisme sauvage non plus.
    Le juste milieu est suffisant.

    David C

  2. jige dit :

    De façon générale, je suis aussi d’accord avec son action. On se fait littéralement arnaquer par les pétrolières. Mais je demeure contre l’idée de truquer le marché en lui imposant un prix. Ça vaut pour le pétrole, ça vaut aussi pour le vin, ça vaut aussi pour l’électricité, ça vaut aussi pour les oeufs, ça vaut aussi pour le lait.

  3. Le problème, c’est que les pétrolières et le cartel des pays producteurs de pétrole truquent eux aussi le marché. Le moindre incident au Proche-Orient fait dramatiquement augmenter le prix du baril, alors que l’on sait pertinemment que les risques demeurent la plupart du temps minimes pour ces grandes entreprises. Le véritable marché libre et concurrentiel ne peut avoir lieu qu’en présence d’un grand nombre de petites entreprises; dans le cas présent, il s’agit d’une poignée de multinationales capables d’esquiver les lois et tenant littéralement le monde occidental en otage. Il est difficile de cautionner cela, à mon avis.

    Par ailleurs, les libéraux ont fortement encouragé le transport en commun. À preuve qu’ils sont bel et bien conséquents!

  4. jige dit :

    Ça, Alexis, ça s’appelle le jeu de l’offre et de la demande. Les idiots, c’est nous, les consommateurs de pétrole, qui ne faisons que chialer contre l’augmentation du prix sans adapter notre comportement à la nouvelle réalité. Tant que la consommation de pétrole ne sera pas affectée par les hausses de prix, l’OPEP aura beau jeu d’augmenter ses prix. C’est pareil pour l’électricité. C’est une des vaches à lait (curieux comme l’allusion renvoie à un autre domaine réglementé) du gouvernement et tant que les Québécois ne réagiront pas aux hausses en diminuant leur consommation, ben HQ aura beau jeu de faire grimper leurs tarifs. Quant à moi, je lave au froid, j’ai des fluocompacts et des thermostats électroniques. Je ne peux pas baisser davantage ma consommation. Et pourtant, je ne paie pas ma consommation… c’est dans le loyer…

  5. Au contraire. Dans une situation monopolistique ou oligopolistique, le prix d’équilibre est inélastique par rapport à la demande et est uniquement déterminé par la source d’offre. À moins d’une action concertée de tous les consommateurs, la situation ne peut pas être modifiée. Or, en arriver à pareil consensus est extrêmement difficile, voire impossible, à plus forte raison lorsque l’on parle de denrées de base comme le carburant ou l’électricité. La seule façon de devenir indépendant face au pétrole consiste à développer des voitures électriques et/ou à l’hydrogène, ce que l’on pourrait d’ailleurs faire au Québec mais qui n’a pas été exploité à l’heure actuelle.

    Quant à la hausse des tarifs d’électricité, je suis pour dans la mesure où elle encourage les citoyens à faire une consommation plus responsable. Les Québécois sont parmi les plus grands gaspilleurs d’électricité du monde. Si nous pouvions dégager des surplus, nous pourrions les exporter aux États-Unis, ce qui aura le double effet de diminuer l’utilisation du charbon chez nos voisins du sud et d’être beaucoup plus payant pour l’État québécois que la consommation interne. C’est, entre autres, de cette façon que nous pourrons couvrir les frais des services publics et réduire la dette.

  6. jige dit :

    L’autre problème que je vois, c’est que ce genre de mesure ne pénalise pas les grands consommateurs… le tarif est régressif, c’est à dire qu’au delà d’un certain point, le tarif est escompté, ce qui n’incite pas trop à la modération. De plus, les gens qui consomment beaucoup ont les moyens de leur consommation. Donc ça n’est pas efficace, l’augmentation des tarifs… En fait, on devrait éliminer l’escompte à la consommation… ou encore l’inverser… là, on verrait des différences… même si je suis conscient que c’est à l’opposé de la logique appliquée par le marché…

  7. En fait, le mieux serait dans ce cadre un troisième palier de tarification de l’électricité, par exemple à partir de 60 kW par jour, qui serait deux, trois ou même quatre fois plus élevé que le tarif régulier (il existe un tarif préférentiel pour combler les besoins de base à moins de 30 kW par jour, ce qui est raisonnable). Ainsi, les gens qui allument des lumières à Noël, chauffent leur piscine à l’électricité, laissent les lumières allumées en plein jour, etc. paieraient pour leur consommation additionnelle que l’on peut qualifier comme étant « de luxe ». On pourrait même penser à un système d’ajustement saisonnier, puisque nos besoins électriques sont plus grands l’hiver et que les excès (je pense surtout au lumières de Noël) sont légion.

  8. jige dit :

    Je ne crois pas que l’ajustement saisonnier soit la solution. En fait, HQ offre un service de paiement étalé qui fait en sorte que la hausse saisonnière de la consommation est absorbée sur 12 mois. La hausse saisonnière n’est donc pas aussi pénalisante qu’autrement. Par contre, l’idée d’un troisième palier de tarification me plait… Cependant, (je change un peu de sujet) je trouve ridicule que les sociétés d’État commanditent des événements… Ça se fait au détriment des profits, et ça les oblige à augmenter les frais pour répondre à l’appétit du gouvernement… Pourquoi un mondial SAQ? Pourquoi ne pas simplement accorder un crédit d’impôt équivalent à la subvention? Pourquoi les Feux Loto Québec? Même chose…
    Si un événement ludique n’est pas viable, il n’appartient pas à l’État d’assumer l’irresponsabilité des organisateurs. Ça va de même pour la culture. Si un artiste ne peut vivre de son art, il n’a pas sa place. Je conviens qu’on peut l’aider à lancer sa carrière, mais pas à la poursuivre. La culture de la médiocrité et de l’irresponsabilité, ça a assez duré.

  9. Nombre de ces événements contribuent économiquement à la bonne marche de la province, bien que d’autres soient relativement obscurs. Il est extrêmement périlleux d’établir une ligne de conduite précise dans ces dossiers, mais, d’un point de vue macroéconomique, il faut avoir pour objectif de fournir à chacun de l’argent pour consommer. Si un groupe d’artistes québécois réalise un profit, il le réinvestira dans notre économie et l’argent ne sera pas perdu. Toutefois, sur cette question, je demeure indécis. La culture fait partie intégrante de ce que nous sommes et un peuple sans culture ne vaut pas grand chose. Par contre, il est vrai que certaines personnes abusent ouvertement du système de subventions artistiques et du parrainage. Il faudrait une étude approfondie sur les impacts des dépenses gouvernementales dans ce secteur, tant économiquement que socialement (l’événement a-t-il un grand déploiement? A-t-il vraiment une valeur culturelle? Les gens y sont-ils attachés? etc.)

    Quant à votre point sur l’ajustement saisonnier, force m’est d’admettre que vous avez raison. Une tarification rationnelle des prix de l’électricité absorbe les fluctuations. Toutefois, il faut encourager la réducation de la consommation de façon générale pour ne plus manquer d’électricité en hiver aux heures de pointe.

    Au fait, j’ai ajouté ce blog à la liste de ceux sur le mien… Continuez votre bon travail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :